Cinéma Jean Eustache Pessac
Réserver votre film en ligne
Facebook Cinéma Jean Eustache Instagram Cinéma Jean Eustache

CAMÉO CLUB

YOMEDDINE

de A.B. Shawky
Egypte · 2018 · 1h37 · Vostf
Avec : Rady Gamal, Ahmed Abdelhafiz, Shahira Fahmy

 

Beshay, lépreux aujourd’hui guéri, n’avait jamais quitté depuis l’enfance sa léproserie, dans le désert égyptien. Après la disparition de son épouse, il décide pour la première fois de partir à la recherche de ses racines, ses pauvres possessions entassées sur une charrette tirée par son âne. Vite rejoint par un orphelin nubien qu’il a pris sous son aile, il va traverser l’Egypte et affronter ainsi le Monde avec ses maux et ses instants de grâce dans la quête d’une famille, d’un foyer, d’un peu d’humanité…

 

Présenté en compétition à Cannes au printemps dernier, ce premier long métrage d’un jeune réalisateur égyptien offre de nombreux points com- muns avec Capharnaüm de Nadine Labaki, qui a connu récemment un succès certain dans les festivals et auprès du public. Lui aussi est issu d’un minutieux travail de recherche documentaire qui avait d’abord fait l’objet d’un court-métrage sur une léproserie. Il ne s’agit pas ici d’un en- fant maltraité et livré à lui-même dans les rues de Beyrouth mais d’un adulte dont le visage et le corps ravagés par les stigmates de la maladie provoquent moqueries, voire hostilité et rejet. Comme Capharnaüm, Yomeddine est porté par des personnages qui jouent leur propre rôle et le sujet est lui aussi peu ordinaire. Mais le personnage principal n’est en rien un héros, juste un pauvre paria que la caméra du réalisateur suit sans misérabilisme, avec une réelle empathie. De péripétie en péripétie, le spectateur s’habitue à ce corps et ce visage placés au centre de l’attention, qui nous questionnent sur notre capacité à accepter les différences. Ce qui pourrait n’être qu’un drame évite cependant le déferle- ment d’émotions et nous touche par le charisme de l’acteur et le regard empli de dignité qu’il porte sur le monde et ses semblables. Le film se teinte même d’accents de comédie par la rencontre avec le jeune que tout le monde appelle Obama (« comme le mec à la télé »), débrouillard et insolent, et ce road movie parfois nonchalant offre quelques scènes vrai- ment savoureuses. On n’est pas dans l’univers de Tod Browning (Freaks) ni dans celui de David Lynch (Elephant Man). La mise en scène est plutôt illustrative et la photographie semble parfois trop léchée, mais le message positif et l’intérêt que l’on porte au personnage gomment ce que le film pourrait avoir de naïvement sentimental. ⎥ Michèle Hédin

 

Une fois par mois, le CaMéo Club vous donne rendez-vous pour découvrir ensemble un film adressé aux
plus de 10 ans. Après la séance, nous vous invitons à nous rejoindre dans le hall pour un moment convivial et un échange sur le film avec ceux qui le souhaitent.

Rendez-vous
Les cartes Passe gazette et 36 chandelles
10 places pour 50€ ou 36 places pour 156,60€
Valables 2 ans - non nominatives - rechargeables
> Les bonnes formules

Lundi 18 février à 14h30
La Cabane aux oiseaux
suivi d’un goûter offert par Biocoop
> SÉANCE MINOKINO

Jeudi 7 mars
ELLE ET LUI
Analyse des 2 versions par Fabienne Costa
> UNIPOP ARTS, LITTÉRATURE ET CINÉMA #19/33

Jeudi 14 mars
BLOW OUT
Analyse de film par Stéphane Goudet
> UNIPOP ARTS, LITTÉRATURE ET CINÉMA #20/33

Jeudi 21 mars
KLIMT
Gustave Klimt par Corinne de Thoury
> UNIPOP ARTS, LITTÉRATURE ET CINÉMA #21/33

Jeudi 28 mars
LA VIE PRIVÉE DE SHERLOCK HOLMES + LE MONDE PERDU
DR. SHERLOCK ET MR. HOLMES par Nathalie Jaëck
> UNIPOP ARTS, LITTÉRATURE ET CINÉMA #22/33

Lundi 4 mars et mardi 5 mars
3 films sur 2 jours
La famille russe à travers l'histoire par Daniel Leconte
> UNIPOP HISTOIRE #24/36

Lundi 11 mars
RASPOUTINE, L'AGONIE + J'AI TUÉ RASPOUTINE
Raspoutine par Alexandre Sumpf
> UNIPOP HISTOIRE #25/36

Lundi 18 mars
ROMA
Cours par Claude Aziza
> UNIPOP HISTOIRE #26/36

Du lundi 25 février au dimanche 3 mars
Festival de cinéma Jeune public
+ de 20 films, animations, compétition d'inédits
> LES TOILES FILANTES 2019