Cinéma Jean Eustache Pessac
Réserver votre film en ligne
Facebook Cinéma Jean Eustache Instagram Cinéma Jean Eustache

BLACKKKLANSMAN – J’AI INFILTRÉ LE KU KLUX KLAN

Réserver votre film en ligne
BLACKKKLANSMAN - J'AI INFILTRÉ LE KU KLUX KLAN
de Spike Lee
GENRE : PolicierUSA · 2018 · 2h08 · Vostf
Avec : John David Washington, Adam Driver, Laura Harrier

Au début des années 70, au plus fort de la lutte pour les droits civiques, plusieurs émeutes raciales éclatent dans les grandes villes des États-Unis. Ron Stallworth devient le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department, mais son arrivée est accueillie avec scepticisme, voire avec une franche hostilité, par les agents les moins gradés du commissariat. Prenant son courage à deux mains, Stallworth va tenter de faire bouger les lignes et, peut-être, de laisser une trace dans l'histoire. Il se fixe alors une mission des plus périlleuses : infiltrer le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions. En se faisant passer pour un extrémiste, Stallworth contacte le groupuscule : il ne tarde pas à se voir convier d'en intégrer la garde rapprochée. Il entretient même un rapport privilégié avec le "Grand Wizard" du Klan, David Duke, enchanté par l'engagement de Ron en faveur d'une Amérique blanche. Tandis que l'enquête progresse et devient de plus en plus complexe, Flip Zimmerman, collègue de Stallworth, se fait passer pour Ron lors des rendez-vous avec les membres du groupe suprémaciste et apprend ainsi qu'une opération meurtrière se prépare. Ensemble, Stallworth et Zimmerman font équipe pour neutraliser le Klan dont le véritable objectif est d'aseptiser son discours ultra-violent pour séduire ainsi le plus grand nombre.

Le militantisme ne survivrait pas sans un peu de colère ; or, le radicalisme inquiétant que l’Amérique trumpienne innerve dans tous les domaines en est un puissant pourvoyeur. Suffisamment pour faire revenir sur le devant de la scène Spike Lee, cinéaste identitaire noir revendiqué, avec ce Blackkklansman primé à Cannes et qui a les atours d’une farce. Et cette comédie policière s’avère d’autant plus jubilatoire qu’elle est tirée des mémoires du véritable Ron Stallworth, qui, avec son collègue policier blanc – juif qui plus est – se dédoubla pour mieux infiltrer les factions suprémacistes américaines. Avec une véhémence communicative, Spike Lee inscrit cette histoire a priori inimaginable dans une Amérique au racisme jugé endémique, depuis le début du XXe siècle et les images vénéneuses de Naissance d’une nation de Griffith (classique – raciste – du cinéma hollywoodien) jusqu’aux séquences documentaires d’août 2017, tournées lors du rassemblement des suprémacistes à Charlottesville qui se termina par un drame timidement condamné par l’administration Trump. Efficace, plein d’humour noir, porté par une bande son énergique, un montage pertinent et des comédiens de première classe (Adam Driver, charismatique et John David Washington, digne fils de son père Denzel), Blackkklansman est du cinéma de propagande assumé, du cinéma de lutte. Il est distrayant avant tout mais il puise dans le passé de bonnes raisons de redoubler de vigilance vis à vis d’un présent aussi anxiogène que celui des Etats-Unis de 2018. Et on se sent tout à fait concernés de ce côté-ci de l’Atlantique. ⎥ Nicolas Milesi





Consulter
Les horaires La gazette
Rendez-vous
Les cartes Passe gazette et 36 chandelles
10 places pour 50€ ou 36 places pour 156,60€
Valables 2 ans - non nominatives - rechargeables
> Les bonnes formules

Du 19 au 26 novembre
Plus de 100 films, débats, rencontres
1918-1939 La drôle de paix
> FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM D’HISTOIRE #29