Cinéma Jean Eustache Pessac
Réserver votre film en ligne
Facebook Cinéma Jean Eustache Instagram Cinéma Jean Eustache

GUY

Réserver votre film en ligne
GUY
de Alex Lutz
GENRE : Comédie dramatiqueFrance · 2018 · 1h41 · VF
Avec : Alex Lutz, Tom Dingler, Pascale Arbillot

Gauthier, un jeune journaliste, apprend par sa mère qu'il serait le fils illégitime de Guy Jamet, un artiste de variété française ayant eu son heure de gloire entre les années 60 et 90. Celui-ci est justement en train de sortir un album de reprises et de faire une tournée. Gauthier décide de le suivre, caméra au poing, dans sa vie quotidienne et ses concerts de province, pour en faire un portrait documentaire.

Quelle surprise de sortir à ce point troublé d’un faux documentaire sur un chanteur de variété totalement fictif ! C’est dire le chemin singulier auquel ce bijou de mise en scène invite, porté par une construction astucieuse et des comédiens talentueux – au premier rang desquels l’auteur du film, Alex Lutz (Le Talent de mes amis, 2015), cachant ses traits sous plusieurs heures de maquillage. Il est Guy Jamet, un modèle de chanteur populaire au succès fané, puisé dans la mémoire collective – chacun projettera ses souvenirs ! Celui qui tient la caméra est Gauthier, son fils caché avec lequel il ne partage jusque là que l’initiale du prénom. D’abord incarné par une voix off, ce vrai-faux réalisateur de Guy finira par acquérir une réalité plus charnelle – le visage de Tom Dingler (fils de chanteur de variété à la ville !) – au cours d’une scène-clé, troublante de non-dits. Entre temps, le film documente avec réalisme et pas mal d’humour – certains monologues sont savoureux – le portrait imaginaire de cet ancien roi du show-biz, à coups de fausses images d’archives – dignes des grands soirs de Maritie et Gilbert Carpentier – de fausses interviews de Guy Jamet par de vrais animateurs (Michel Drucker entre autres), de faux vinyles avec de faux tubes – à la manière de – qu’on jurerait avoir déjà entendus ! En bon saltimbanque, Alex Lutz amoncelle ces représentations qui exhalent peu à peu une vérité des sentiments plus aiguisée et dessinent deux récits d’apprentissage croisés : celui d’un père bousculé dans sa lucidité de vieux briscard et celui d’un fils s’ouvrant à l’intelligence du cœur. Au bout du compte, la prouesse de Guy consiste à revendiquer l’amour des icônes (versus les réseaux sociaux qui « rendent accessible » jusqu’à l’obscénité) sans jamais sombrer dans la vanité (« Toutes les images disparaîtront » prophétise Guy en reprenant la prose magnifique d’Annie Ernaux dans son roman Les Années). Devant tant de subtilité et de sincérité, on quitte le film très émus, avec la même conviction que son auteur : « C’est quoi la ringardise ? Vaste sujet. » – Nicolas Milesi





Consulter
Les horaires La gazette
Rendez-vous
Les cartes Passe gazette et 36 chandelles
10 places pour 50€ ou 36 places pour 156,60€
Valables 2 ans - non nominatives - rechargeables
> Les bonnes formules

Du 19 au 26 novembre
Plus de 100 films, débats, rencontres
1918-1939 La drôle de paix
> FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM D’HISTOIRE #29