Cinéma Jean Eustache Pessac
Réserver votre film en ligne
Facebook Cinéma Jean Eustache
MONSIEUR SMITH AU SÉNAT

UNIPOP CINÉMA #22/33

18h | MONSIEUR SMITH AU SÉNAT

DE FRANK CAPRA ÉTATS-UNIS · 1939 · 2H09 · AVEC JAMES STEWART, JEAN ARTHUR…

À la mort d’un sénateur, un homme d’a aires véreux fait nommer à sa place un individu inexpérimenté, qui ne remettra pas en cause le système de corruption établi. Le choix se porte sur Je erson Smith, un idéaliste naïf que l’on pense pouvoir manipuler aisément… Deuxième des trois collaborations entre Capra et Stewart, le film doit beaucoup au scénario de Sidney Buchman, communiste blacklisté pendant le maccarthysme, et à l’interprétation de James Stewart, impressionnant en Candide qui combat les puissants avec détermination. Mais Capra n’est pas en reste, couronnant le film de sa mise en scène impressionnante de maîtrise, comme le prouve l’admirable séquence de la visite de Washington, l’un des morceaux de bravoure au côté d’un mémorable marathon verbal. Exceptionnellement, Projection à 18h et cours à 20h30 !

 

20h30 | ANALYSE DE FILM MONSIEUR SMITH AU SÉNAT par CAROLE DESBARATS

 

L’INTERVENANTE : Carole Desbarats enseigne le cinéma. Auteure de nombreux essais et articles, elle a été directrice des études de la FEMIS et di- rectrice de la communication à l’ENS. Très atta- chée à l’éducation à l’image, elle est vice-prési- dente de l’association Les Enfants de cinéma, en charge du dispositif national « École et cinéma ». COURS PRÉCÉDENTS Le Magicien d’Oz ; La Pri- sonnière du désert ; Charlie Chaplin ; Chantons sous la pluie.

LE COURS : Frank Capra, connu pour ses comé- dies lumineuses telles que La Vie est belle, New York-Miami ou L’Extravagant Mr. Deeds, est sou- vent associé à un incurable optimisme. Mais c’est oublier que certains de ses films tels que ce Mon- sieur Smith au Sénat sont porteurs d’une critique acerbe de la société américaine. Capra louait et revendiquait « la liberté artistique de faire un film sur les erreurs américaines et de le montrer dans le monde entier. » Il décrit ici le fossé grandissant entre les élites et le peuple, prenant pour cible la corruption et le cynisme des politiciens. Très didac- tique sur le fonctionnement du système politique et légal américain, le film fait aussi preuve d’une foi humaniste dans l’individu et d’une confiance dans la capacité du cinéma à édifier le spectateur.

Rendez-vous
Les cartes Passe gazette et 36 chandelles
10 places pour 50€ ou 36 places pour 156,60€
Valables 2 ans - non nominatives - rechargeables
> Les bonnes formules

Mardi 6 juin à 19h
Un film à découvrir en avant-première
Avec un pot sympathique après le film
> AVANT-PREMIÈRE SURPRISE

Jeudi 1er juin
Le Péché suédois + Joe Hill
BO WIDERBERG, par Victor Courgeon
> UNIPOP CINÉMA #30/33