Cinéma Jean Eustache Pessac
Réserver votre film en ligne
Facebook Cinéma Jean Eustache Instagram Cinéma Jean Eustache

LES HIRONDELLES DE KABOUL

Réserver votre film en ligne
LES HIRONDELLES DE KABOUL
de Zabou Breitman, Eléa Gobbé-Mévellec
GENRE : DrameFrance · 2019 · 1h20 · VF
Avec : Simon Abkarian, Zita Hanrot, Swann Arlaud

Été 1998, Kaboul en ruines est occupée par les talibans. Mohsen et Zunaira sont jeunes, ils s’aiment profondément. En dépit de la violence et de la misère quotidienne, ils veulent croire en l’avenir. Un geste insensé de Mohsen va faire basculer leurs vies.

Les Cerfs-volants de Kaboul (Mark Foster, 2008), L’Enfant de Kaboul (Barmak Akram, 2009) et surtout le magnifique Parvana, une enfance en Afghanistan (Nora Twomey, 2018), les occasions d’évoquer la situation des populations civiles à Kaboul ne sont pas si nombreuses au cinéma, et se font souvent par le biais d’histoires d’enfants. Présenté à la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes et en sélection officielle du Festival international du Film d’animation d’Annecy 2019, Les Hirondelles de Kaboul de Zabou Breitman et Éléa Gobbé-Mévellec présente une double originalité tant par le choix des personnages que par la forme adoptée. Les deux auteures ont uni leur talent de réalisatrice (Se souvenir des belles choses, L’Homme de sa vie, Je l’aimais…) et de créatrice graphique (sur de nombreux films d’animation dont Le Chat du Rabbin, Ernest et Célestine, Avril et le monde truqué), pour adapter le roman éponyme de Yasmina Khadra. Ici le récit croise les destins tragiques de deux couples, l’un d’âge mûr, et l’autre plus jeune, en butte à la coercition du régime taliban et de l’application de la charia. L’émotion qui se dégage de ce récit poignant est accentuée par la technique d’animation choisie, proche de la rotoscopie, qui a consisté à filmer les comédiens en train de jouer, avant de traduire leur désarroi par un trait d’une grande douceur, tout comme le sont les couleurs chaudes mais comme estompées. La brutalité de la bande son accentue le contraste avec la beauté des dessins. Réussite totale à la fois par son propos et son esthétique, ce film est un nouveau cri de colère contre l’oppression des femmes. ⎥ Michèle Hédin


Mercredi 18 septembre : 18h - 21h10
Jeudi 19 septembre : 15h30 - 19h10
Vendredi 20 septembre : 14h30 - 21h10
Samedi 21 septembre : 17h - 20h40
Dimanche 22 septembre : 17h - 20h40
Lundi 23 septembre : 19h20
Mardi 24 septembre : 15h30 - 21h10

Mercredi 25 septembre : 19h10
Jeudi 26 septembre :
Vendredi 27 septembre : 16h50
Samedi 28 septembre :
Dimanche 29 septembre :
Lundi 30 septembre :
Mardi 1er octobre : 12h15

Mercredi 2 octobre :
Jeudi 3 octobre :
Vendredi 4 octobre :
Samedi 5 octobre :
Dimanche 6 octobre :
Lundi 7 octobre :
Mardi 8 octobre : 12h15

Mercredi 9 octobre :
Jeudi 10 octobre :
Vendredi 11 octobre : 15h45
Samedi 12 octobre :
Dimanche 13 octobre :
Lundi 14 octobre :
Mardi 15 octobre : 12h15



Consulter
Les horaires La gazette
Rendez-vous
Les cartes Passe gazette et 36 chandelles
10 places pour 52€ ou 36 places pour 162€
Valables 2 ans - non nominatives - rechargeables
> Les bonnes formules

Mardi 10 septembre à 19h
Un film à découvrir en avant-première
Avec un pot sympathique après le film
> AVANT-PREMIÈRE SURPRISE

Vendredi 20 septembre à 20h30
Que l'amour
Rencontre avec la réalisatrice Laetitia Mikles + concert
> SOIRÉE CINÉRÉSEAUX #62

Lundi 23 septembre
Un monde sans humains ?
Entretien avec Noël Mamère
> UNIPOP HISTOIRE #03/33

Mardi 24 septembre à 19h15
LA TRAVIATA
EN direct du Palais Garnier
> OPÉRA EN DIRECT