Cinéma Jean Eustache Pessac
Réserver votre film en ligne
Facebook Cinéma Jean Eustache Instagram Cinéma Jean Eustache

LE TEMPS D’AIMER

Réserver votre film en ligne
LE TEMPS D’AIMER
de Katell Quillévéré
GENRE : Drame, romanceFrance · 2023 · 2h05 · VF
Avec : Anaïs Demoustier, Vincent Lacoste, Paul Beaurepaire

1947. Sur une plage, Madeleine, serveuse dans un hôtel-restaurant, mère d’un petit garçon, fait la connaissance de François, étudiant riche et cultivé. Entre eux, c’est comme une évidence. La providence. Si l’on sait ce qu’elle veut laisser derrière elle en suivant ce jeune homme, on découvre avec le temps ce que François tente de fuir en mêlant le destin de Madeleine au sien...

« Le point de départ, c’est l’histoire de ma grand-mère. J’ai découvert tardivement qu’elle avait eu une relation pendant l’Occupation avec un soldat allemand qui l’a mise enceinte. Quatre ans plus tard, elle a rencontré mon grand-père, qui l’a épousée contre l’avis de sa famille et a adopté son enfant.Toute leur vie, ils ont fait croire qu’il était leur enfant biologique. Le mystère du couple de mes grands-parents m’a toujours énormément questionnée. Ce film a donc une origine très personnelle. Ce qui est intéressant avec les années 1950, c’est qu’il s’agit d’une époque d’après-guerre durant laquelle les gens avaient tous des blessures secrètes. Ils étaient hantés par la mort et par les regrets. C’est une époque qui est très riche en matière de fiction. Mais c’est aussi c’est une époque qui était très corsetée, très puritaine. C’est une sorte d’écrin révélateur pour les problématiques qui sont celles du film : le mensonge, la honte, l’amour et la sexualité. Le film a été pensé comme un dialogue entre le passé et le présent. Ce qui m’a passionnée, c’est de raconter qu’on peut s’aimer au-delà des modèles imposés par la société, aussi puritaine, homophobe et normative soit-elle. Cette famille nous dit des choses très importantes sur notre époque et sur le couple, au sein duquel il y a toujours un hors champ. C’est un film qui nous renvoie à la fragilité des libertés individuelles, et à comment elles peuvent à tout moment être mises en danger. C’était important pour moi de montrer qu’il y a une époque où l’homosexualité a été un délit. C’est une manière de rappeler ce qu’on a gagné, ce que les combats sociaux ont obtenu, y compris pour les femmes, et ce qu’on pourrait perdre. Il faut continuer à protéger ces acquis. J’ai toujours pensé que, pour réussir ce film, il fallait qu’on provoque une collision entre le fond et la forme du film. J’ai essayé de faire dialoguer ma passion pour Maurice Pialat et Douglas Sirk. C’est vraiment une variation autour du mélodrame. Et en même temps, il y a plein d’éléments, au travers de l’esthétique du film, qui viennent contredire le genre. Il y a très peu de mouvements de caméra sophistiqués comme le mélodrame pourrait l’induire. » ⎥ Katell Quillevéré





Consulter
Les horaires La gazette
Rendez-vous
Mardi 02 juillet à 19h00
Un film à découvrir en avant-première
Avec pot sympathique après la projection
> AVANT-PREMIÈRE SURPRISE

Mercredi 26 juin à 20h
Soirée de 4 courts métrages
Tarif unique : 5€
> SOIRÉE DE COURS MÉTRAGES

DU DIMANCHE 30 JUIN AU MERCREDI 3JUILLET INCLUS
5€ pour tous les films
toutes les séances
> LA FÊTE DU CINÉMA

Dimanche 30 juin à 16h
Petits contes sous l’océan
Tarif unique : 5,50€
> AVANT-PREMIÈRE